L'éditeur qui véhicule le soufre !

MIGHT IS RIGHT

La raison du plus fort

image du l'article

Par Ragnar Redbeard
17 octobre 2014
Prix : 28 €

Extrait :

Publié pour la première fois en 1890 dans sa langue d'origine, Might Is Right fait partie de ces textes alimentant tous les fantasmes depuis toujours. À commencer par l'identité de son auteur. Anton LaVey - l'exhumateur le plus fameux du texte à l'origine de sa mise en lumière après sa découverte en 1957 - y voit la plume de Jack London, d'autres l'attribuent à Arthur Desmond, un auteur et pamphlétaire anarchiste australien. Puis la nature du texte en lui-même, un concentré absolument amoral et outrancier, très marqué par le darwinisme social, exaltant la loi du plus fort et prônant l'individualisme et l'utilisation de la force comme fin morale en soi. Anton LaVey y puisera thématiques et approches philosophiques pour la rédaction de sa désormais célèbre Bible Satanique. Plus récemment, de nombreuses figures fondatrices de la scène néo folk et Black Metal feront aussi de ce pamphlet sulfureux leur livre de chevet. Léon Tolstoi y verra que « toutes lois, commandements, ou doctrines vous incitant à ne pas faire aux autres ce que vous ne voudriez pas que l'on vous fasse n'ont aucune légitimité, et ne peuvent être appliquées que par le bâton, le gibet ou l'épée. Un homme vraiment libre n'a aucune obligation de se plier à pareille injonction, qu'elle soit humaine ou divine. La désobéissance est le propre du héros. » Dans tous les cas, il convient de prendre avec un recul certain et de garder la tête froide à la lecture de ces pages, et d'y voir une exacerbation métaphorique et outrée d'une vision du monde anglo-saxonne, qui se rapproche, par certains aspects, des libertariens.

EROS EN CHEMISE BRUNE

Hitler prédateur

image du l'article

Par Michel Angebert
17 octobre 2014
Prix : 38 €

Extrait :

L'Érotique nazie qui est le sujet de ce livre ne peut être abordée et comprise sans explication sur ses origines. Outre les questions que se pose l'historien sur la personnalité d'Hitler et ses orientations sexuelles - encore mal élucidées - les sources idéologiques du national-socialisme et les liens qui, sous la bannière à croix gammée, relient l'éthique de l'Allemagne hitlérienne à l'Éros au sens le plus vaste, méritent que l'on s'y arrête avant d'aller plus loin et d'entrer dans le vif du sujet. Il est en effet aujourd'hui évident, à la lumière des avancées de la psychanalyse et de la « psychologie des profondeurs » que l'inconscient joue, tant au niveau individuel que collectif, un rôle déterminant dans la formation de la psyché. À cet égard, c'est la pulsion érotique, souvent associée à la pulsion de mort (Éros et Thanatos) qui détermine les comportements les moins rationnels et les plus instinctifs. L'exemple du IIIe Reich est emblématique. Dans le nazisme, ce qui est frappant, c'est qu'il se déroule comme un drame marqué par l'irrationnel, plus proche du phénomène religieux que politique et correspond, sous cet aspect, à l'âme allemande qui se perd volontiers dans le rêve, mais un rêve qui se veut « agissant », inscrit dans l'histoire comme révélation aux hommes de leur « éternel devenir ». Dans ce second volume, Michel Angebert produit une analyse systématique et exhaustive de l'homoérotisme en tant que mécanique complexe au coeur du IIIe Reich. Jamais le sujet ne fut exploré avec un tel acharnement.

EROS EN CHEMISE BRUNE

La face cachée du nazisme

image du l'article

Par Michel Angebert
18 septembre 2014
Prix : 34 €

Extrait :

L'Érotique nazie qui est le sujet de ce livre ne peut être abordée et comprise sans explication sur ses origines. Outre les questions que se pose l'historien sur la personnalité de Hitler et ses orientations sexuelles - encore mal élucidées - les sources idéologiques du national-socialisme et les liens qui, sous la bannière à croix gammée, relient l'éthique de l'Allemagne hitlérienne à l'Éros au sens le plus vaste, méritent que l'on s'y arrête avant d'aller plus loin et d'entrer dans le vif du sujet. Il est en effet aujourd'hui évident, à la lumière des avancées de la psychanalyse et de la « psychologie des profondeurs » que l'inconscient joue, tant au niveau individuel que collectif, un rôle déterminant dans la formation de la psyché. À cet égard, c'est la pulsion érotique, souvent associée à la pulsion de mort (Éros et Thanatos) qui détermine les comportements les moins rationnels et les plus instinctifs. L'exemple du IIIe Reich est emblématique. Dans le nazisme, ce qui est frappant, c'est qu'il se déroule comme un drame marqué par l'irrationnel, plus proche du phénomène religieux que politique et correspond, sous cet aspect, à l'âme allemande qui se perd volontiers dans le rêve, mais un rêve qui se veut « agissant », inscrit dans l'histoire comme révélation aux hommes de leur « éternel devenir ». C'est sous cet angle que ce premier tome de Éros en chemise brune détaille les antécédents des confréries guerrières au Reich hitlérien. Le second est consacré à la figure du prédateur Hitler.

ESOTERRA

Le magazine de la culture extrême

image du l'article

Par Chad Hensley
9 juillet 2014
Prix : 38 €

Extrait :

EsoTerra était un magazine underground consacré à la culture extrême, qui a paru pendant presque dix ans, et dans lequel on trouvait des interviews de musiciens, d'écrivains et d'artistes, ainsi que des articles consacrés aux sujets étranges, aux phénomènes bizarres et à l'occulte. Parmi les personnalités qui apparurent dans le magazine, on peut citer Marilyn Manson, HR Giger, Alan Moore, Adam Parfrey, Genesis P-Orridge, David Tibet, Thomas Ligotti, Leilah Wendell, Stephen O'Malley, Masami Akita, Boyd Rice et des dizaines d'autres célébrités qui, dans la plupart des cas, répondaient aux questions fouillées d'une interview et apportaient en plus leur contribution au magazine. Ce livre anthologique rassemble toutes ces contributions, les meilleures interviews ainsi que l'iconographie parues dans le magazine, et propose en prime des textes prévus pour le dernier numéro, non paru. « EsoTerra propose une galerie de portraits de mécontents, de misanthropes, de chercheurs, de sorciers, de déjantés, de bouffons et de visionnaires, qui tous vivent selon leurs propres règles et qui dégomment d'un coup de marteau la tête du consensus. Si parmi toutes ces idées et tous ces témoignages vous ne trouvez pas de quoi améliorer votre vie, ça veut dire que vous êtes déjà foutu. Rangez ce livre entre Apocalypse Culture et les volumes classiques de Re/Search. C'est l'endroit indiqué. » Brian Hodge, auteur de World Of Hurt et Mad Dogs. « EsoTerra, le magazine de Chad Hensley, a rassemblé rock stars, démons et terribles visionnaires. Il repoussait les limites et permettait d'entrevoir de nouvelles formes de connaissance. EsoTerra était la Bible de la Culture Extrême. » George Petros, auteur de Art That Kills. « EsoTerra révèle la dimension où la culture pop télescope l'occulte de plein fouet. » Adam Parfrey, Feral House.

PETIT DICTIONNAIRE DES MOUVEMENTS UFOLATRES

France 1950 - 1985

image du l'article

Par Cyril Le Tallec
9 juillet 2014
Prix : 32 €

Extrait :

Les extraterrestres ne sont assurément pas les êtres les plus dangereux, ni les plus ridicules, au sein des créatures peuplant l'Univers… tant réel qu'idéalisé. À l'issue du second conflit mondial et, plus remarquablement, après la crise de 1968, une sorte de « double mouvement » semble ainsi affecter l'Occident religieux, bien terrestre celui-là. Les croyances reconnues paraissent s'y « affaisser » inexorablement alors que, pourtant, se manifeste partout un vaste effort de retour au spirituel… éclaté et, pour être juste, extrêmement « flottant ». L'ensemble résultant, hétérogène et souvent confus, se teinte bien volontiers d'ésotérisme, une doctrine visant à faire accéder à la connaissance de vérités cachées par le biais d'une initiation spécifique. Lorsque ce parcours ésotérique comporte des éléments de croyance aux extraterrestres, il entre dans le cadre de cet ouvrage et peut être qualifié « d'ufolâtre ». L'acronyme britannique UFO (Unidentified Flying Object) nous renseigne, en effet, sur la racine étymologique de ce stupéfiant qualificatif. On ne peut que s'étonner que cette trentaine d'années d'errance cultuelle n'ait, d'autre part, jamais été totalement explorée sur le plan hexagonal. Il s'agit alors - pour ces « croyants » de toutes obédiences et, souvent, issus de milieux culturels fort divers - de s'interroger sur le but des manifestations de ces étranges visiteurs, lequel serait de communiquer aux Terriens un message (venu de Dieu, disent certains) avant « qu'il ne soit trop tard ». Brochures, tracts, ports d'insignes distinctifs et tenues de conférences vont jalonner ces innombrables quêtes, tant individuelles que collectives. Parfois, dans les cas plus extrêmes, les structures afférentes s'articulent autour de « révélations » diffusées par d'habiles « contactés ». Le Mouvement raëlien en est, pour la France, l'exemple le plus connu. Mais il est loin d'être isolé et va se heurter à d'âpres concurrences. On y évolue, souvent, dans la sphère d'une « attente messianique des extraterrestres » teintée de syncrétisme scientifico-religieux. L'amalgame « anges-extraterrestres » est, en effet, plus répandu qu'on ne le pense… Ainsi vont surgir « de nouveaux Credo ». Cet ouvrage tente un premier recensement, conduit de 1950 à 1985, et dans le cadre français, des nombreuses associations « ufolâtres » regroupant, aux côtés de bien des enthousiastes, de faux prophètes, des escrocs… et d'inévitables illuminés.

NIGHT NURSE

Le crime de la rue Quincampoix

image du l'article

Par Gala Fur & Véronique Bergen
15 avril 2014
Prix : 28 €

Extrait :

Une enquête se déroule dans un club libertin, le Night Nurse : un meurtre a été commis à une soirée SM. Policier fasciné par les femmes dominantes, Daniel a eu autrefois une aventure avec la patronne du club, une femme sculpturale et autoritaire, qui lui bouleverse encore les sens quand il la revoit. Charades, poupées, lettres narquoises adressées à Daniel, les indices se multiplient, pointant les habitués du Night Nurse les uns après les autres. Le policier s'éprend d'Alice, la femme de ménage gothique du club, et se laisse mener par le bout du nez par cette gamine avide de sexe tout en étant témoin de la liaison SM entre une Noire longiligne et une chanteuse burlesque. Un Alice au pays des merveilles satanique jalonné de rituels antirides et d'occultisme rock. Philosophe, romancière, poète vivant à Bruxelles, Véronique Bergen donne voix dans ses fictions à des figures marginales, des destinées hors du commun (Kaspar Hauser, Edie Sedgwick, Louis II de Bavière, Ulrike Meinhof…). Au nombre de ses dernières publications, un essai, Le Corps glorieux de la top-modèle, le roman Edie. La danse d'Icare, un recueil de poèmes Griffures. Écrivain et cinéaste vivant à Paris, Gala Fur a peint les fêtes fétichistes européennes dans le livre culte Les soirées de Gala, magnifié la diversité des pratiques SM dans Séances et capté de l'intérieur les basculements d'un rôle à l'autre dans Gala Strip. Elle a réalisé le documentaire SM'ART et les courts métrages L'écrivain et son chien et Baud'laire promène Médor avec Pierre Bourgeade.

LAIBACH

The interrogation Machine

image du l'article

Par Alexei Monroe
20 mars 2014
Prix : 38 €

Extrait :

Le NSK est généralement considéré comme étant la dernière avant-garde véritable du XXe siècle et le courant artistique le plus stimulant que nous offre l'Europe de l'Est actuelle. L'acronyme se réfère au Neue Slowenische Kunst, un collectif d'artistes slovènes qui naquit et prit forme alors que la Yougoslavie pleurait la mort de Tito et s'acheminait vers sa dissolution brutale. L'oeuvre complexe et perturbante du NSK, dans des domaines aussi variés que la musique expérimentale, le théâtre d'avant-garde, la peinture, la philosophie, l'écriture, les performances et le design, bénéficie d'une grande renommée internationale et possède une résonance culturelle des plus puissantes et spécifiques. Au sein de l'organisation NSK, on compte de nombreuses subdivisions, dont la plus fameuse est le groupe Laibach, groupe de musique alternative, connu pour avoir mêlé la culture populaire à un discours politique subversif, les beaux-arts à la provocation underground, se posant en miroir du chaos politique et culturel contemporain. Dans son ouvrage Interrogation Machine, Alexei Monroe propose la première analyse critique du phénomène NSK dans sa totalité, qu'il s'agisse de sa structure organisationnelle des plus sophistiquées, de sa logique interne, ou bien encore de ses actions publiques controversées. Il en résulte un fascinant portrait, non seulement du phénomène NSK mais aussi du contexte politique et culturel complexe au sein duquel ce courant artistique s'est déployé. Monroe analyse en profondeur les paradoxes, les questions qui laissent perplexes et visions traumatisantes des oeuvres du NSK. Il enquête et interroge les relations entre le contenu conceptuel, les procédés de style et les sous-entendus idéologiques, et fait ainsi la démonstration de la pertinence du NSK, de manière générale, et du groupe Laibach, en particulier, lorsqu'ils interviennent dans les débats au sujet de la culture, du pouvoir, de la guerre, de la politique, de la globalisation, du marché, et de la vie elle-même. Comme l'écrit Slavoj Žižek dans sa préface, « Aujourd'hui, la leçon donnée par Laibach est plus pertinente que jamais. » Monroe multiplie les approches théoriques et historiques, ce qui convient parfaitement à la nature mouvante et insaisissable de son sujet. Le recours à la théorie est le reflet du propre engagement théorique du NSK : c'est aussi un moyen valable de souligner les questions soulevées par son oeuvre. Ne cédant jamais à la vulgarisation ni à l'admiration inconditionnelle, Monroe laisse intacts les « brèches, contradictions, et zones d'ombre » inhérentes à son sujet, démontrant qu'il « pourrait être encore possible d'apprécier cette oeuvre comme une forme d'art qui remue, rend perplexe, agite ou fascine. » Alexei Monroe est Docteur en Philosophie, diplômé de l'Université du Kent. Il a publié de nombreux articles sur la musique, la culture et la politique contemporaines. Le présent volume, entièrement mis à jour et complété par une chronologie et de nouvelles illustrations, comporte un chapitre particulier consacré au NSK en France.

LES ENNEMIS DE JAMES BOND

Comment détruire le monde avec style

image du l'article

Par Kevin Collette
20 mars 2014
Prix : 30 €

Extrait :

C'est Hitchcock lui-même qui affirmait que Plus le Méchant est intéressant, meilleure sera l'histoire d'un film. Un axiome respecté à la lettre par le créateur de James Bond, Ian Lancaster Fleming, disparu il y a bientôt cinquante ans, alors que se poursuivait le tournage de Goldfinger, le troisième film consacré aux aventures de son héros, l'increvable agent 007. Et une recette ensuite appliquée verbatim dans les films qui ont parsemé un demi-siècle d'histoire du Cinéma. Même si vous n'avez jamais vu un James Bond de toute votre vie (ce qui laisserait supposer que vous habitez au fin fond de la Mongolie extérieure - et encore), les images véhiculées par ces formidables super-Méchants sont aujourd'hui passées dans l'inconscient collectif. Un chat persan blanc évoque immanquablement l'animal de compagnie du fourbe Enst Stravro Blofeld, tandis qu'un volcan abandonné fait surgir l'image d'une base secrète high-tech. Un aquarium peuplé de poissons exotiques ramènera au vil Stromberg de L'Espion qui M'Aimait et le moindre bug informatique de votre PC vous fera croire à une intervention maléfique de Raoul Silva. Ce modeste ouvrage répertorie donc les plus grands adversaires de James Bond, s'amuse à classer leur folie destructrice, détaille par le menu leurs modus operandi, et les erreurs à ne surtout pas commettre quand on se frotte à l'agent 007. Bref un petit guide non exhaustif pour devenir le parfait futur Maître du Bond…

GEORGES BATAILLE

Ou l'envers de la philosophie

image du l'article

Par Frédéric Altberg
17 février 2014
Prix : 28 €

Extrait :

Georges Bataille (1897-1962) n'est pas seulement un écrivain sulfureux auteur de romans érotiques dérangeants, mais il est avant tout ce philosophe scandaleux, unique dans toute l'histoire de la pensée, qui s'est donné pour tâche de renverser la philosophie traditionnelle et académique en exhibant tout ce qu'elle rejette avec horreur et dont elle ne veut rien savoir : l'articulation humaine, non pas au simple plaisir, mais plus profondément à la jouissance à travers les excès, les transgressions, les perversions sexuelles, la dépense et le luxe. C'est ainsi que Bataille met au jour en l'homme une « part maudite » constitutive, qui a rendu nécessaires les interdits culturels, mais qui doit aussi toujours trouver une issue dans l'existence. Cette part obscure mais essentielle de l'homme, que la Raison ne peut ni reconnaître pleinement ni contenir, est en même temps ce par quoi celui-ci s'ouvre originellement à sa participation à l'univers comme une immensité informe, dépourvue de finalité et vouée à la pure dépense de son énergie excédante. Ce livre s'attache à montrer la cohérence de la pensée de Bataille, qui, pour être irrecevable aux yeux de la philosophie académique, n'en est pas moins très rigoureuse et qui a d'ailleurs secrètement influencé le psychanalyste Jacques Lacan. En mettant ainsi au jour la pertinence et la profondeur de cette oeuvre encore trop méconnue, nous avons essayé de lui donner, enfin, ses titres de noblesse philosophique.

© 2017 Camion Blanc - Réalisation & Hébergement  image entreprise de la réalisation de la page